Nudes

Télévision

Format : 10 x 26′

Dates de tournage : printemps-été 2023

Lieux de tournage : Paris, région parisienne (Région Ile-de-France)


Réalisation
  • Sylvie Verheyde
  • Lucie Borleteau
  • Andréa Bescond
Scénario
  • Julie-Albertine Simonney
  • David Fortems
  • Marine Maugrain-Legagneur
  • Victor Lockwood
  • Anne-Lise Rivoire
  • Marie-Cécile Françon
Production
  • Wild Bunch TV
  • Alcatraz Films
Diffusion
  • Prime Video (Amazon)
Partenaire(s)
  • CNC (aide sélective fiction, avril 2023, 528.000€)
  • Région Ile-de-France (aide à la production, novembre 2023, 195.000€)
Casting
  • François Guignard
Acteurs
  • Léonie Dahan-Lamort
  • Baptiste Masseline
  • Raïka Hazanavicius
  • Anna Biolay
  • Jérémy Gillet
  • Gringe
  • Louise Labeque
  • Shirel Nataf

Synopsis

Le portrait de trois adulescents très différents, confrontés à la problématique du cyber-harcèlement.
Une série anthologique qui va tourner autour d’une pratique, plus que jamais d’actualité et qui irrigue notre société, l’envoi, un peu honteux et risqué, de photos dénudées.

La série évoque une pratique plus que jamais d’actualité – l’envoi, un peu risqué, de photos de soi dénudées – et raconte en trois chapitres comment la virtualisation croissante des relations humaines et des sexualités, symbolisée par les nudes, a bouleversé notre époque et l’adolescence de la Génération Z.  Entre une lycéenne tiraillée par le déterminisme social, une collégienne de zone rurale désertée et victime de la pédo-criminalité sur internet, et un étudiant en médecine inconscient des risques qu’il fait encourir à sa camarade de faculté, Nudes brosse les portraits de trois jeunes adultes confrontés à la problématique du cyber-harcèlement.

Une série en trois histoires sur le revenge porn et le cyber harcèlement qui peut en découler, réalisée par Sylvie Verheyde, Lucie Borleteau et Andréa Bescond.

Paroles
“Depuis la réalisation de notre film Les Chatouilles avec Éric Métayer, j’ai pu découvrir, par l’intermédiaire de témoignages sur les réseaux sociaux, l’ampleur du fléau des violences sexuelles en France. Ce fléau des violences ne connaît pas de frontières et se développe également à travers nos outils de communication. Ainsi, l’intégrité physique de chacun peut être attaquée par le biais de l’image. J’ai choisi le point de vue de l’agresseur car mon parcours artistique et ma parole militante m’ont toujours poussée à adopter le point de vue des victimes. J’avais envie d’explorer cette fois les réactions des présumés agresseurs. Il me paraissait essentiel de me pencher sur leur façon de minimiser, écarter, voire nier leurs actes. Victor est un personnage ambigu puisqu’il répond à une énergie de possession et de jalousie quand il poste la vidéo à caractère sexuel de Sarah sur les réseaux sociaux. Même s’il la retire très peu de temps après, le mal est fait, puisque la vidéo sera téléchargée sur des sites pornographiques (procédé quasi-systématique, qui empêche le retrait définitif de la vidéo de la toile). J’aime le fait que Victor soit un garçon jovial, intéressant, motivé, bienveillant, ambitieux, et qu’il n’ait aucun passé d’agresseur. En tant que réalisatrice, je souhaite que le public soit convaincu que Victor est victime d’une cabale et qu’en aucun cas, il n’aurait fait du mal volontairement à son ex-copine. Toutes les affaires de viol médiatisées montrent à quel point les agresseurs (même quand il y a beaucoup de victimes) mentent, nient, et accusent leurs victimes d’être jalouses, déséquilibrées, vénales, menteuses,. De cette façon, la justice ne parvient pas à se prononcer et bien souvent, les plaintes sont classées sans suite. J’ai souhaité que Victor utilise ce procédé très classique, afin que les aveux soient vraiment inattendus. Le rendu de justice est très important car il témoigne d’une réalité concrète de nombreux verdicts : “défaut de caractérisation des preuves”. Les plaintes sont classées sans suite à hauteur de 76%.” (Andréa Bescond)

Autres infos

Diffusion sur Prime Video à partir du 1er février 2024.