La Chambre de Mariana (ex Mariana)

Cinéma

Genre : Drame

Budget : 4,7 M€

Stade : Financement

Dates de tournage : janvier-février 2023

Lieux de tournage : Hongrie


Réalisation
  • Emmanuel Finkiel
Scénario
  • Emmanuel Finkiel
Production
  • Curiosa Films
  • Cinéfrance Studios
Coproduction
  • Celluloid Dreams
  • Metro Communication (Israël)
  • Tarantula (Belgique)
  • Proton Cinema (Hongrie)
  • Arte France Cinéma
Diffusion
  • Arte
Partenaire(s)
  • Fédération Wallonie-Bruxelles (aide à la production, 1ère session Commission du Cinéma 2022, 100.000€)
Ventes Internationales
  • Celluloid Dreams
Producteur Exécutif
  • Christine de Jekel
Acteurs
  • Mélanie Thierry

Synopsis

Adaptation du roman La Chambre de Mariana de Aharon Appelfeld paru aux Editions de l’Olivier.

1943, aux confins de l’Ukraine et de la Pologne. Fuyant le ghetto et la déportation, Yulia confie son fils Hugo, 11 ans, à une amie d’enfance, Mariana, 35 ans, qui se prostitue dans une maison close. Reclus dans un réduit privé de fenêtres, attenant à la chambre de la jeune femme, son existence est suspendue aux bruits et aux scènes qu’il devine à travers la cloison : avec l’imagination pour seule ressource, Hugo prend conscience à la fois des massacres en train de se perpétrer et des mystères de la sexualité. Lorsque le jour pointe, Mariana l’invite dans sa chambre, et l’enveloppe de douceur et de volupté. Bientôt la vie aura raison de la mort, bientôt Hugo sera devenu un jeune homme.

Précédent synopsis
1943. Fuyant le ghetto, Yulia confie son fils Hugo, 11 ans à Mariana, 35 ans, qui se prostitue dans une maison close. Reclus dans un réduit sans fenêtre, Hugo guette les bruits qui l’entourent. La nuit, il supporte l’insupportable en se remémorant son enfance avec ses parents et, la journée, il retrouve un peu de sérénité et de douceur quand Mariana l’invite dans sa chambre.

Quatrième de couv’
Avant de fuir le ghetto et la déportation, la mère d’Hugo l’a confié à une femme, Mariana, qui travaille dans une maison close.
Elle le cache dans un réduit glacial d’où il ne doit sortir sous aucun prétexte. Toute son existence est suspendue aux bruits qui l’entourent et aux scènes qu’il devine à travers la cloison.
Hugo a peur, et parfois une sorte de plaisir étrange accompagne sa peur.
Dans un monde en pleine destruction, il prend conscience à la fois des massacres en train de se perpétrer et des mystères de la sexualité.
Renouant avec le thème de l’enfant recueilli par une prostituée (présent dans Histoire d’une vie et Tsili), Aharon Appelfeld mêle l’onirisme et le réalisme dans ce roman doué d’une force hypnotique.