L’Île de la Demoiselle

Cinéma

Genre : Drame

Budget : 4,98 M€

Stade : Financement

Lieux de tournage : Canada, Norvège


Réalisation
  • Micha Wald
Scénario
  • Samuel Malhoure
  • Agnès Caffin
Production
  • Stenola Productions (Belgique)
Coproduction
  • KG Productions
Partenaire(s)
  • Fédération Wallonie-Bruxelles (aide à l’écriture, 3e session CSF 2017 ; aide à la production, 1ère session CSF 2020, 430.000€)
  • Berlinale Coproduction Market (2018)
  • Rencontres de coproduction francophone (RCF) (Montréal, 2017)
  • Atelier Grand Nord (Sodec) (2020)

Synopsis

L’ile de la Demoiselle s’inspire d’une histoire vraie.

1542. Marguerite de Roberval, 17 ans, est abandonnée par une expédition de colons français sur une île du Fleuve Saint-Laurent au Québec, avec son amant et sa suivante. C’est avec des moyens matériels dérisoires mais surtout grâce à la force d’esprit qu’elle essayera de faire face à la pensée dominante de son époque et la nature hostile pour tenter de survivre.

Précédents synopsis
En 1542, Marguerite de Roberval embarque pour le Canada sur le navire de son oncle, Jean-François de Roberval. Futur vice-roi du Canada, Roberval est à la tête d’une première vague de colons français. Marguerite est amoureuse de Thomas d’Artois, un noble. Pendant la traversée, elle tombe enceinte. D’une jalousie maladive, Roberval débarque sa nièce, sa suivante et son amant, sur une île désolée au nord du fleuve Saint-Laurent. Les saisons passent. Marguerite va devoir affronter la nature étrange et hostile, la faim et la folie.

Nous sommes en 1542. Marguerite de Roberval est une jeune fille de 18 ans belle et obéissante, issue de la noblesse française. Elle s’embarque sur le navire de son oncle, Jean-François de Roberval, en direction du Canada. Dominateur et d’une jalousie maladive, Roberval débarque sa nièce sur une île désolée au nord du Fleuve Saint-Laurent, avec son amant et sa suivante. La jeune femme se retrouve à affronter la nature hostile, la solitude, les autochtones menaçants, la folie. Elle va devoir mettre à profit son intelligence et sa ruse pour survivre. Elle va rester deux années sur l’île. L’ile de la demoiselle.

Note d’intention
“Dès la première page, j’ai su que ce film était pour moi. Tout dans cette histoire me parlait. Page après page, je voyais le film se dérouler dans ma tête. L’Ile de la demoiselle est à la fois un film d’aventure épique, un “survival” médiéval, une réflexion sur la religion, un thriller et un huis clos avec trois personnages prisonniers d’une île hostile.” (Micha Wald)

“En écrivant le scénario de La jeune femme sur l’île, je souhaite faire le portrait d’une jeune femme qui réussit un tour de force : rester vivante sur une île sauvage pendant près de deux ans, à une époque d’ignorance. Mais derrière ce Robinson Crusoé au féminin, se cache une autre motivation : montrer l’émancipation d’une jeune fille du 16ème siècle.” (Samuel Malhoure)