L’homme qui a vendu sa peau

Cinéma

Genre : Drame

Budget : 2,23 M€

Stade : Terminé

Dates de tournage : à partir de juillet 2019

Lieux de tournage : Marseille (France), Tunisie, Liban, Bruxelles (Belgique)


Réalisation
  • Kaouther Ben Hania
Scénario
  • Kaouther Ben Hania
Musique
  • Amine Bouhafa
Production
  • Tanit Films
  • Cinétéléfilms (Tunisie)
  • Kwassa Films (Belgique)
  • Twenty Twenty Vision (Allemagne)
  • Laika Film (Suède)
Distribution
  • Bac Films Distribution
Partenaire(s)
  • Région Provence-Alpes Côte d'azur (aide au développement, mars 2018, 20.000€ ; aide à la production, octobre 2018, 200.000€)
  • Eurimages (aide à la coproduction, mars 2018, 300.000€)
  • Fédération Wallonie-Bruxelles (aide à la production, 1ère session CSF 2019, 100.000€)
  • Fonds Image de la Francophonie - OIF (aide à la production, mai 2018, 50.000€)
  • CNC (aide à la création de musiques originales, mai 2020, 5.000€)
  • Film i Väst (Suède)
Ventes Internationales
  • Bac Films International
Casting
  • Julien Grossi
Acteurs
  • Yahya Mahayni
  • Koen De Bouw
  • Monica Bellucci
  • Dea Liane
  • Wim Delvoye
Presse
  • Marie Queysanne

Synopsis

Sam Ali, un jeune syrien sensible, impulsif et entier se réfugie au Liban pour fuir la guerre syrienne. Sans statut légal, il est incapable d’avoir un visa Schengen pour rejoindre Paris où vit sa bien-aimée de toujours, Abeer. Il passe alors son temps à faire les piques assiettes dans les galeries d’art de Beyrouth. Et c’est dans l’une de ces galeries qu’il rencontre Jeffrey Godefroi, l’artiste américain le plus sulfureux et le plus côté du marché de l’art contemporain de notre époque. Les deux hommes concluent un étrange marché qui bouleversera à jamais la vie de Sam Ali.

Précédents synopsis
Sam Ali, un jeune syrien sensible, impulsif et entier se réfugie au Liban pour fuir la guerre syrienne. Sans statut légal, il est incapable d’avoir un visa Schengen pour rejoindre Paris où vit sa bien-aimée de toujours, Abeer…

Un réfugié syrien rencontre un artiste contemporain très coté sur le marché de l’art avec lequel il va conclure un deal qui bouleversera sa vie.

Kultur
L’homme qui avait vendu sa peau – car tel était le titre avant le finalement définitif L’homme qui a a vendu sa peau – est ouvertement inspiré de de l’œuvre Les cochons tatoués du plasticien belge Wim Delvoye, qui apparaît d’ailleurs dans le film.

Autres infos

77e Mostra de Venise 2020 : Sélection en section Orrizonti ; Prix du meilleur acteur (Yahya Mahayni), Prix Oedipe Roi.

42e Cinemed 2020 : Ouverture du Festival Cinéma Méditerranéen.

Oscar 2021 : en lice pour l’Oscar du meilleur film étranger (en tant que représentant de la Tunisie).

Prix Lumière 2021 : Prix de la meilleure coproduction internationale.