Les Nuits de Mashhad (Holy Spider)

Cinéma

Genre : Thriller

Stade : Sorti en salles / SVOD

Dates de tournage : à partir du 2 mai 2021

Lieux de tournage : Amman (Jordanie)

Sortie : 13/07/2022


Réalisation
  • Ali Abbasi
Scénario
  • Ali Abbasi
Musique
  • Martin Dirkov
Production
  • Profile Pictures (Danemark)
  • One Two Films (Allemagne)
Coproduction
  • Why Not Productions
  • Wild Bunch International
  • Arte France Cinéma
Distribution
  • Metropolitan Filmexport
Diffusion
  • Arte
Ventes Internationales
  • Wild Bunch International
Image
  • Nadim Carlsen
Acteurs
  • Mehdi Bajestani
  • Zar Amir Ebrahimi
  • Arash Ashtiani
Presse
  • Bossa-Nova / Michel Burstein

Synopsis

Iran 2001, une journaliste de Téhéran plonge dans les faubourgs les plus mal famés de la ville sainte de Mashhad pour enquêter sur une série de féminicides. Elle va s’apercevoir rapidement que les autorités locales ne sont pas pressées de voir l’affaire résolue. Ces crimes seraient l’œuvre d’un seul homme, qui prétend purifier la ville de ses péchés, en s’attaquant la nuit aux prostituées.

Les notes pour le dire
“Je voulais que la musique soit contemporaine et évocatrice des paysages industriels de Mashhad, rugueux et sinistres. S’il y a un motif sonore récurrent dans le film, c’est la moto de Saeed et c’est cette sonorité qui a donné naturellement naissance à la 9 musique. Pour notre compositeur danois Martin Dirkov, il était hors de question d’utiliser de la musique ethnique qu’on entend souvent dans les productions américaines censées se dérouler au Moyen-Orient. On s’est donc inspiré de musiques grunges des années 90 et de musiques industrielles. Martin a donné à sa partition un style éloignée des rythmes occidentaux, si bien qu’au lieu de créer une tonalité spécifique ou de s’appuyer sur un instrument en particulier, il a opté pour une sensibilité grunge iranienne.” (Ali Abbasi)

Paroles
Les Nuits de Mashhad brosse le portrait de Saeed Hanaei, l’un des tueurs en série les plus célèbres d’Iran. De manière plus générale, il s’agit aussi d’une critique de la société iranienne d’autant que l’assassin est un homme très religieux et un citoyen au-dessus de tout soupçon. Je vivais encore en Iran au début des années 2000, lorsque Saeed Hanaei s’en prenait à des prostituées dans la ville sainte de Mashhad. Il est parvenu à tuer 16 femmes avant d’être arrêté, puis jugé. C’est au cours du procès que son histoire m’a vraiment interpellé. Dans un monde normal, il est évident qu’un homme qui a assassiné 16 êtres humains serait considéré coupable. Mais, en Iran, c’était différent : une partie de l’opinion publique et des médias les plus conservateurs se sont mis à encenser Hanaei en héros. Ils étaient convaincus qu’il n’avait fait qu’accomplir son devoir religieux, consistant à nettoyer les rues – autrement dit à assassiner ces femmes « impures ». C’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée d’en faire un film.” (Alia Abbasi)

Autres infos

47e Festival de Toronto 2022 : section Présentations Spéciales.

Box office France 
Sortie sur 123 écrans.
Paris 14h : 536 entrées (20 salles)
1er jour France : 3.583 entrées (dont 162 entrées en AVP)
1er week-end France : 22.187 entrées (dont 162 entrées en AVP)
1ère semaine France :  entrées (dont  entrées en AVP)