Le Sommet des Dieux

Cinéma

Genre : Animation

Budget : 9,85 M€

Stade : Sorti en salles / SVOD

Dates de tournage : novembre 2019 (début de l'animation)

Sortie : 22/09/2021


Réalisation
  • Patrick Imbert
Scénario
  • Patrick Imbert
  • Alexis Liddell
  • Magali Pouzol
  • Jean-Charles Ostorero
Musique
  • Amine Bouhafa
Production
  • Folivari
  • Julianne Films
Coproduction
  • Mélusine Productions (Luxembourg)
  • France 3 Cinéma
  • Rhône-Alpes Cinéma
Distribution
  • Wild Bunch
Diffusion
  • Canal+
  • Ciné+
  • France 3
  • France 4
Partenaire(s)
  • CNC (Avance sur recettes)
  • Région Ile-de-France (aide à la production 2017, 440.000€)
  • Film Fund Luxembourg (aide à la production, juillet 2018, 1,7M€)
  • Fondation Gan pour le cinéma (Prix spécial, 2018)
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes
  • Procirep-Angoa
  • Cinémage (Sofica)
  • Palatine Etoile (Sofica)
  • Indéfilms (Sofica)
Ventes Internationales
  • Wild Bunch International

Synopsis

Adaptation de l’œuvre de Jirô Taniguchi et Baku Yumemakura.

George Mallory est-il mort en montant ou en descendant du sommet de l’Everest, ce 8 juin 1924 ? Son petit Kodak pourrait livrer la vérité. Quand 70 ans plus tard, le jeune reporter Fukamachi découvre dans un bazar de Katmandu un vieil appareil photo, il croit pouvoir y trouver la réponse. Mais la disparition du Kodak l’entraîne dans un monde d’alpinistes dévorés par la passion, assoiffés de conquêtes impossibles et hantés par leurs fantômes. Sa rencontre avec Habu, grimpeur proscrit, va peu à peu l’attirer lui aussi vers le sommet des dieux. Il espère y trouver la réponse à l’énigme Mallory et y affrontera ses propres démons. Aventure, passions, suspens et vertige sur les pentes de l’Himalaya.

Note d’intention
J’aime que les scènes qui parlent des choses humaines soient montrées à échelle humaine, avec sobriété et simplicité, comme chez Claude Sautet (César et Rosalie est un chef d’œuvre du genre) ou chez Isao Takahata pour revenir aux références japonaises. Mais une ascension de l’Everest est une aventure palpitante qui requiert une mise en scène adaptée, rythmée, nerveuse, et la montagne est en soi un spectacle grandiose, que les effets de grand angle permettent de mettre en valeur, comme c’est le cas dans The Revenant d’Inarritu. C’est donc entre ces deux voies, intimiste et spectaculaire, que je voudrais emmener le spectateur.” (Patrick Imbert)

Les notes pour le dire
Le Sommet des dieux était ma 1ère incursion dans l’animation. Même si je ne suis pas familier de l’univers de la montagne, la notion de “sommet” s’apparente ici davantage aux challenges que nous devons tous relever dans notre vie pour avancer et nous accomplir. C’est en abordant mon travail sous cet angle que j’ai pu entamer une réflexion sur la musique du film. Avant de réfléchir à une mélodie, il fallait construire un monde sonore qui puisse donner un ressenti physique de l’expérience en montagne aux spectateurs. Ce souci de réalisme était au cœur des intentions du réalisateur Patrick Imbert. Nous avons été jusqu’à enregistrer des chants de moines dans un monastère à Katmandou afin d’apporter une dimension presque “sacrée” à la montagne.” (le compositeur Alina Bouhafa)

Autres infos

Festival de Cannes 2021 : Sélection officielle – Cinéma de la plage.

25e Colcoa French Film Festival 2021 : Prix Colcoa des étudiants américains.

Les Arcs Film Festival 2021 : section Focus.

Lumières de la presse internationale 2022 : nominations dans les catégories meilleur film d’animation, meilleure musique (Amine Bouhafa).

César 2022 : meilleur film d’animation.

Box office France
Sortie sur 175 écrans.
Paris 14h : 239 entrées (12 salles)
1er jour France : 5.253 entrées (dont 1.763 entrées en AVP)
1er week-end France : 38.580 entrées (dont 1.763 entrées en AVP)
1ère semaine France : 49.532 entrées (dont 1.763 entrées en AVP)
Cumul France : 222.831 entrées