Le Bleu du caftan

Cinéma

Genre : Drame

Budget : 1,84 M€

Stade : Préparation

Dates de tournage : du 15 novembre au 31 décembre 2021

Lieux de tournage : Casablanca (Maroc)


Réalisation
  • Maryam Touzani
Scénario
  • Maryam Touzani
Production
  • Les Films du Nouveau Monde
Coproduction
  • Ali n’ Productions (Maroc)
  • Velvet Films (Belgique)
  • Snowglobe (Danemark)
Distribution
  • Ad Vitam
Diffusion
  • Canal+
  • Ciné+
  • RTBF
Partenaire(s)
  • Fonds Image de la Francophonie - OIF (aide à la production, 2021, 35.000€)
  • Screen.Brussels (aide à la production, septembre 2021, 35.000€)
  • CCM (Centre cinématographique marocain)
  • Danish Film Institute
Ventes Internationales
  • Films Boutique
Image
  • Virginie Surdej
Acteurs
  • Lubna Azabal
  • Saleh Bakri
  • Ayoub Messioui
  • Amine Ennaji

Synopsis

Halim et Mina, la petite cinquantaine, vivent dans la médina de Salé où ils tiennent un magasin de confection de Caftans. Depuis vingt-cinq ans, Halim s’occupe  de la couture, pour laquelle il ressent une véritable passion, tandis que Mina s’occupe des clientes.
Mais derrière les apparences, Halim cache une lourde vérité, celle d’une homosexualité qu’il vit dans l’ombre. Mina, qui est une femme extrêmement sensible, a commencé à s’en rendre compte au fil des années. Pourtant, elle a fait semblant de ne rien voir et a fait le choix  de partager sa vie avec un homme qui l’aimait et qu’elle aimait, mais autrement. L’arrivée de Youssef, un jeune apprenti qui cherche un travail, va tout bousculer. Halim se sent immédiatement attiré par le jeune homme et essaye d’étouffer comme il le peut ses sentiments, se renfermant davantage dans son travail.
Pendant ce temps, Mina, qui a fait une rechute suite à un cancer du sein, voit son état de santé se détériorer. Et alors qu’elle est mise face à sa fin qui approche, face à elle-même et à ses erreurs – même celles qu’elle a cru commettre par amour -, elle se rend compte qu’elle laissera derrière elle un homme qui ne pourra pas affronter le monde parce qu’il n’arrive pas à s’accepter et à s’aimer. Et elle comprend qu’elle en est en partie responsable.
Au fur et à mesure que sa maladie progresse, Mina remet en question ses propres appréhensions, défiant les limites de l’amour tel qu’elle l’avait imaginé, transcendant ses propres peurs et redéfinissant la foi religieuse qui la caractérise. Car elle ressent l’urgence, avant de partir, de faire en sorte que l’homme qu’elle aime n’ait plus peur, n’ait plus honte, de qui il est vraiment.

Halim et Mina tiennent un petit magasin de couture traditionnelle dans la médina de Salé. Mariés depuis vingt-cinq ans, leur vie en apparence ordinaire va être bousculée par l’arrivée de Youssef, un jeune apprenti passionné par le métier, qui fera remonter à la surface une vérité enfouie depuis toujours.

Le Bleu du caftan, qui traite de l’amour entre deux individus dans la médina de Salé au Maroc, évoque l’homosexualité dans des communautés et des environnements où le sujet est encore tabou.