Temps mort (ex La Vie mécanique)

Cinéma

Genre : 1er LM Drame

Budget : 2,5 M€

Stade : Tournage

Dates de tournage : du 10 mars à fin avril 2021

Lieux de tournage : Meaux (Région Ile-de-France), Bruxelles, Brabant wallon (Belgique)


Réalisation
  • Eve Duchemin
Scénario
  • Eve Duchemin
Musique
  • Fabien Leclercq
Production
  • Kwassa Films (Belgique)
  • Les Films de l'Autre Cougar
Distribution
  • Pyramide Distribution
  • O'Brother Distribution (Belgique)
Diffusion
  • RTBF
  • Proximus (Belgique)
  • Be tv
Partenaire(s)
  • Bourse Beaumarchais-SACD
  • Maison de l’image-Basse Normandie (aide à l’écriture, septembre 2017, 9.750€)
  • Le Boost Camp (2017)
  • La Sélection annuelle Groupe Ouest (2018)
  • CNC (Avance sur recettes, mai 2020)
  • Casa Kafka Pictures (Belgique)
  • Creative Europe MEDIA
  • Cinémage (Sofica)
  • Screen.Brussels (aide à la production, février 2021)
  • Région Ile-de-France (aide à la production internationale, avril 2021, 112.000€)
  • Eurimages (aide à la coproduction, mars 2021, 300.000€)
Ventes Internationales
  • Pyramide International
Directeur de Production
  • Ben Pigeard-Benazera
Image
  • Colin Lévêque
Casting
  • Michaël Bier
Acteurs
  • Karim Leklou
  • Issaka Sawadogo
  • Jarod Cousyns
  • Babetida Sadjo
  • Johan Leysen

Synopsis

La prison leur a accordé une permission de sortie. Pour la première fois depuis longtemps, trois détenus vont se retrouver dehors pour le weekend. 48 heures pour atterrir. 48 heures pour renouer avec leurs proches. 48 heures pour rattraper le temps perdu.

Le parcours de trois détenus lors de leur week-end de permission.

Précédents synopsis
Trois détenus qui ont obtenu leur première permission se préparent à sortir pour le week-end. Hamousin, vieil antillais incarcéré depuis plus de 20 ans, va tenter de reprendre contact avec sa famille qu’il n’a plus jamais revu. Bonnard, la quarantaine, qui supporte très mal son incarcération, va devoir surmonter ses angoisses pour faire bonne figure devant son jeune fils, un ado qu’il connait à peine. Quant à Dembélé, un petit jeune des quartiers populaires, il n’a qu’une idée en tête : profiter le plus possible de son week-end pour faire la fête. Mais dehors, chacun va réaliser qu’ils n’ont que 48h pour reprendre contact avec la vraie vie et avec leurs proches dont l’existence a été bouleversée depuis leur arrestation. Et que chaque minute compte.
S’il n’est pas si simple de sortir, il est encore plus compliqué de rentrer.

48h chrono. Trois détenus partent en permission de sortie le temps d’un weekend. Quittant le monde carcéral et ses lois implacables, La Vie mécanique raconte leur embarquée dans une société qu’ils ont perdu de vue, à la recherche de ce qu’il reste de leur vie et de leur place dans le monde.

Kultur
Avant de réaliser Temps mort, son premier long métrage de fiction, Eve Duchemin a tourné en 2016 En bataille, qui dressait le portrait d’une jeune directrice-adjointe de prison dont elle dépeignait le quotidien en mettant en lumière une facette inédite du monde carcéral. En bataille a remporté le Magritte du meilleur documentaire en 2017.
Après trois années passées dans un centre pénitentiaire, s’est imposé à Eve Duchemin l’idée de faire un film autour des détenus : “Je ne pouvais pas quitter ce monde carcéral avant d’avoir fait la part belle aux détenus. Chargée de leurs récits, et comme une envie de pied de nez, j’ai voulu cette fois les filmer sortir. Les voir passer enfin cette grande et lourde porte de métal, le temps d’une permission de sortie”.