La Jauria (La Meute)

Cinéma

Genre : 1er LM

Budget : 0,45 M€

Stade : Tournage

Dates de tournage : du 20 septembre au 30 octobre 2021

Lieux de tournage : Ibagué (Colombie)


Réalisation
  • Andrés Ramirez Pulido
Scénario
  • Andrés Ramirez Pulido
Production
  • Valiente Gracia (Colombie)
  • Alta Rocca Films
Distribution
  • Pyramide Distribution
Partenaire(s)
  • FDC (Film Development Fund, Colombie)
  • Hubert Bals Fund
  • Cinéma en développement (CinéLatino Toulouse) (2018)
  • Fondation Gan pour le cinéma (lauréat 2019)
  • CNC (Aide aux cinémas du monde, mai 2020)
Ventes Internationales
  • Pyramide International
Acteurs
  • Jhojan Stiven Jiménez Arboleda
  • Maicol Andrés Jimenez Zarabanda
  • Marleyda Soto Ríos

Synopsis

Eliu est incarcéré dans un centre pénitentiaire expérimental pour mineurs. En pleine jungle colombienne, avec d’autres jeunes délinquants, ils restaurent une hacienda aux allures de bagne. Ces adolescents évoluent dans un environnement luxuriant mais hostile. Alors qu’il est sur la voie du repentir, Eliu apprend que son jeune frère est en danger par sa faute. Il craint qu’il ne reproduise le même schéma de violence qui l’a conduit à cette détention. La fureur l’envahit à nouveau…

Précédent synopsis
Le désir aveugle de tuer son père conduit Eliu à tuer un homme par erreur. Maintenant, pensif, il erre à travers l’exubérante végétation qui pousse au cœur d’une ostentatoire ruine de ferme. Lui et d’autres adolescents hantent ce lieu, nouveau quartier général du centre d’emprisonnement auquel ils appartiennent. Sous les règles hostiles de ceux qui les surveillent, Eliu passe ses jours immergé dans la végétation dense. Il ne trouve du soutien pour rompre cette monotonie que durant les visites de sa mère, mais elle a cessé de venir le voir à cause de son cancer. Il tente de capturer un vautour, il croit que le sang de l’animal pourra guérir sa mère. En plus de suspecter le retour de son père au foyer, il se soucie de sa mère et tente de fuir sa prison pour mettre fin à la haine qui déchire son âme.

Note d’intention
“Je veux travailler avec des acteurs amateurs, à la recherche de représentations réalistes. Je recherche la plasticité des corps et des visages. Je veux placer la caméra le plus près possible des adolescents, capturer leur allure, leurs actions et silences en gros plans, sentir leur souffle. Je souhaite une histoire brute et émotionnelle, la rudesse et la monotonie de l’endroit doivent se sentir. Chaque scène aura un rythme soutenu et nous fera percevoir la vie quotidienne. Je suis intéressé par les images qui créent une atmosphère chaude et mystérieuse.” (Andrés Ramirez Pulido)