Mi bestia (ex El dia de mi bestia)

Cinéma

Genre : 1er LM

Budget : 0,6 M€

Stade : Tournage

Dates de tournage : du 27 juin au 29 juillet 2022 (5 semaines)

Lieux de tournage : Bogota, Colombie


Réalisation
  • Camila Beltran
Scénario
  • Camila Beltran
  • Silvina Schnicer
Production
  • Films Grand Huit
  • Bells Medios (Colombie)
Coproduction
  • Dia Fragma (Colombie)
Distribution
  • New Story
Partenaire(s)
  • Résidence Moulin d'Andé-Céci (2018)
  • Normandie Images (aide à la création, mars 2018)
  • Région Normandie (aide à l’écriture, 2018, 12.000€)
  • Région Bretagne (aide au développement, 2020, 20.000€)
  • Cofinova (Sofica)
Ventes Internationales
  • Pulsar Content
Image
  • Sylvain Verdet

Synopsis

Bogotá, 1996. Dans l’obscurité provoquée par des coupures de courant, les habitants de la ville sont terrifiés à l’idée de l’arrivée de l’antéchrist. Mila, âgée de treize ans, est profondément tourmentée par cette rumeur qui envahit secrètement son quotidien, par les crises existentielles du curé de son école ou encore par les superstitions animistes de la domestique. Le jour de la prophétie approche et la nature foisonnante qui fait rage semble participer à cette malédiction. Petit à petit, Ana sent qu’elle-même se transforme. Ne serait-elle pas l’être maudit tant annoncé ?

Le film se situerait “entre Carrie de Brian De Palma et La Niña santa de Lucrecia Martel”.

Précédent synopsis
Bogotá, 1999. Une rumeur circule. Lors de la prochaine éclipse de soleil, le diable arrivera et amènera l’Apocalypse. Mila, 13 ans, prend cette prédiction très à cœur. troublée par la métamorphose de son corps en plein éveil sexuel et par les superstitions de son entourage, elle voit tout ce qui lui arrive comme un signe. Ne serait-elle pas l’être maudit tant annoncé ?

Note d’intention
“Le point central du film est l’esprit éveillé et le corps inachevé d’une jeune fille qui essaie de trouver le sens d’une vie adulte imminente.
Des personnages féminins d’une puissance intérieure insoupçonnée dans une société machiste, un guide spirituel en déchéance, l’espace de l’école comme une allégorie des utopies obsolètes, une ville chaotique sous l’emprise du factice, sont les éléments d’un film que je veux construire à partir de la logique des souvenirs et des rêves, cherchant l’invocation d’une réalité possible” (Camila Beltran)