Congo Boy

Cinéma

Budget : 0,94 M€

Stade : Financement

Dates de tournage : automne 2023

Lieux de tournage : Bangui (République Centrafricaine)


Réalisation
  • Rafiki Fariala
Scénario
  • Rafiki Fariala
Production
  • Mahongo Films (République Centrafricaine)
Coproduction
  • Kiripifilms (République Démocratique du Congo)
  • Unité (ex unité de Production)
Partenaire(s)
  • Fonds Image de la Francophonie - OIF
  • Ateliers de l'Atlas (Festival du film de Marrakech) (2022)

Synopsis

Bangui, République Centrafricaine. Robert a 17 ans et se verrait bien faire carrière dans la musique, malgré l’opposition de son père qui veut absolument le voir faire de grandes études. Mais Robert n’est pas un centrafricain comme les autres, c’est un réfugié congolais. Quand la République Centrafricaine, fin 2013, plonge dans la crise et les affrontements entre milices, les parents de Robert décident de quitter le pays. Ils se procurent alors de faux passeports, mais  se font attraper à la frontière et les deux parents sont condamnés à la prison.
Robert se retrouve seul avec la charge de ses quatre frères et soeurs cadets âgés de 3 à 11 ans. Pour les nourrir, il doit travailler sans cesse et n’a pas le temps de préparer son bac. Contre toute attente, la musique pourrait l’aider à sauver sa famille, car les concerts paient bien. Un grand concours se prépare au stade avec un gros chèque à la clef pour le vainqueur… Pour y parvenir Robert va devoir se battre sur tous les fronts.

Paroles
“Je suis né dans un pays en guerre, le Congo, et suis arrivé en République Centrafricaine alors que j’étais encore un petit enfant. Je considère la RCA comme mon pays, c’est là que j’ai grandi, c’est là que j’ai mes amis et mes habitudes. Et pourtant la RCA n’est pas mon pays. Je n’en ai pas la nationalité. Je suis un réfugié. Je veux réaliser ce film pour confier à tout le monde mon histoire. Je veux raconter ce que c’est que d’être un jeune réfugié en RCA. Je veux raconter ce que c’est que de devoir à 16 ans s’occuper seul de ses frères et sœurs, quand tes parents ont été jetés injustement en prison. Ces souvenirs douloureux m’ont rongé pendant des années, et aujourd’hui encore notre situation n’est pas résolue. Je veux porter à tous mes frères réfugiés du monde entier un message d’espoir : nous pouvons nous en sortir.” (Rafiki Fariala)