A son image

Cinéma

Stade : Financement

Dates de tournage : printemps 2023

Lieux de tournage : Corse, Bosnie


Réalisation
  • Thierry de Peretti
Scénario
  • Thierry de Peretti
  • Jeanne Aptekman
Production
  • Les Films Velvet
Coproduction
  • Alta Rocca Films
  • Arte France Cinéma
Distribution
  • Pyramide Distribution
Diffusion
  • Arte

Synopsis

Adaptation libre du roman éponyme de Jérôme Ferrari paru aux éditions Actes Sud.

Le portrait d’Antonia, une photographe de presse locale insatisfaite, compagne d’un nationaliste corse, qui part photographier la guerre en ex-Yougolsavie, et mourra à 38 ans dans un accident de voiture dans son île…

Le récit se structure autour de plusieurs moments de la vie d’Antonia, une photographe victime d’un accident de la route en Corse, et de celle de ses amis les plus proches. Ils se mélangent aux événements les plus violents de l’histoire politique de l’île, des années 1980 au début du XXIème siècle.

Quatrième de couv’
Par une soirée d’août, Antonia, flânant sur le port de Calvi après un samedi passé à immortaliser les festivités d’un ma­riage sous l’objectif de son appareil photo, croise un groupe de légionnaires parmi lesquels elle reconnaît Dragan, jadis rencontré pendant la guerre en ex-Yougoslavie.
Après des heures d’ardente conversation, la jeune femme, bien qu’épuisée, décide de rejoindre le sud de l’île, où elle réside. Une embardée précipite sa voiture dans un ravin : elle est tuée sur le coup.
L’office funèbre de la défunte sera célébré par un prêtre qui n’est autre que son oncle et parrain, lequel, pour faire rempart à son infinie tristesse, s’est promis de s’en tenir stric­tement aux règles édictées par la liturgie. Mais, dans la four­naise de la petite église, les images déferlent de toutes les mémoires, reconstituant la trajectoire de l’adolescente qui s’est rêvée en photographe, de la jeune fille qui, au milieu des années 1980, s’est jetée dans les bras d’un trop séduisant militant nationaliste avant de se résoudre à travailler pour un quotidien local où le “reportage photographique” ne sem­blait obéir à d’autres fins que celles de perpétuer une collec­tivité insulaire mise à mal par les luttes sanglantes entre clans nationalistes.
C’est lasse de cette vie qu’Antonia, succombant à la tenta­tion de s’inventer une vocation, décide, en 1991, de partir pour l’ex-Yougoslavie, attirée, comme tant d’autres avant elle, dans le champ magnétique de la guerre, cet irreprésentable.

A son image est presque une version d’Une vie violente inversée, un point de vue féminin.” (Thierry de Peretti)