Le Traducteur / The Translator

Cinéma

Genre : 1er LM Thriller

Budget : 1,85 M€

Stade : Terminé

Dates de tournage : juillet 2019

Lieux de tournage : Amman (Jordanie), Australie

Sortie : 15/09/2021


Réalisation
  • Rana Kazkaz
  • Anas Khalaf
Scénario
  • Rana Kazkaz
  • Magali Negroni
Production
  • Georges Films
  • Synéastes Films (Jordanie)
Coproduction
  • Arte France Cinéma
  • Artémis Productions (Belgique)
  • Tipi'mages (Suisse)
  • Shelter Prod (Belgique)
Distribution
  • Alba Films
Diffusion
  • Arte
  • Proximus (Belgique)
  • RTS
Partenaire(s)
  • Atelier de la Cinéfondation (Festival de Cannes) (2017)
  • Cinéforom / Fédération romande pour le cinéma (Suisse) (aide à la production, décembre 2018, 32.720CHF)
  • Office fédéral de la Culture (OFC, Suisse) (aide à la coproduction, septembre 2018, 161.000CHF)
Ventes Internationales
  • Charades
Musique
  • Thomas Couzinier
  • Frédéric Kooshmanian
Acteurs
  • Ziad Bakri
  • Yumna Marwan

Synopsis

Mars 2011. Alors que la révolution syrienne débute, un réfugié politique décide de retourner illégalement en Syrie, quitte à tout risquer, pour libérer son frère arrêté par le régime d’Assad.

Paroles
“Notre film sera le premier long métrage de fiction à traiter de front la révolution syrienne. notre modèle absolu, c’est Missing, de Costa-Gavras, le thriller politique par excellence, qui dénonce l’implication des Etats-Unis dans le coup d’Etat de Pinochet, au Chili, en 1973… Le scénario est nourri de choses vécues ou d’anecdotes que l’on nous a racontées. Il nous a fallu du temps pour digérer tout ça” (Anas Khalaf dans Le Monde)

Note
Présenté à l’Atelier de la Cinéfondation lors du Festival de Cannes 2017, le projet The Translator s’est alors vu décerner le prix Arte International, d’un montant de 6.000€.
Le jury a justifié son choix : “Nous avons décidé de décerner le Prix Arte International à un projet qui possède un lien puissant avec l’actualité. Il s’inspire de l’expérience personnelle des réalisateurs, un couple syrien qui, se rendant compte que la violence a rapidement pris le pas sur les espoirs soulevés par les printemps arabes, a décidé de s’exiler. Le personnage principal de leur projet fait également le choix de la liberté. Mais lorsqu’il prend conscience que tant d’autres restent prisonniers du régime, il décide d’abandonner sa nouvelle vie et de retourner en Syrie se battre pour les siens.”