T’en fais pas j’suis là

Télévision

Format : 90′

Genre : Comédie familiale

Stade : Postproduction

Dates de tournage : du 3 février au 9 mars 2020

Lieux de tournage : Lille, Région Hauts-de-France


Réalisation
  • Pierre Isoard
Scénario
  • Pierre Isoard
  • Julien Guérif
  • Samuel Le Bihan (idée originale)
Production
  • France.tv studio
Coproduction
  • AT-Production (Belgique)
  • RTBF
Diffusion
  • France 2
  • RTBF
  • Salto
Casting
  • Bénédicte Guiho
Acteurs
  • Samuel Le Bihan
  • Roman Villedieu
  • Lizzie Brocheré
  • Sharif Andoura
  • Annette Lowcay

Synopsis

Jonathan Rivière est avocat d’affaires, une star du barreau que l’on s’arrache. Il est aussi le père, absent, d’un enfant de 12 ans. Dès la naissance du petit Gabriel, Jonathan a compris que la vie de famille n’était pas son truc. Avec Sophie, la maman, l’arrangement a été simple : elle s’occupe de Gabriel et lui paye pour qu’il ne manque de rien.

Pourtant, cet enfant aurait bien besoin de l’attention d’un père. Rapidement, il est devenu évident que Gabriel avait du retard, voire qu’il souffrait d’un trouble comportemental ; et puis un jour, le diagnostic est tombé. Gabriel était autiste.
Le mot est toujours resté abstrait pour Jonathan, mais pas pour Sophie. Alors qu’elle renonçait à toute idée de carrière pour s’occuper de son fils, il se contentait d’aligner les chèques pour que Gabriel bénéficie du meilleur encadrement possible.
Mais quand  Sophie est victime d’une rupture d’anévrisme, Jonathan se retrouve brutalement parachuté dans la vie de Gabriel. Une vie d’habitudes et de rituels dont il ne connaît absolument rien et qui lui paraît vite incompatible avec la sienne.
Alors qu’il songe à se débarrasser de ce fardeau, Jonathan rencontre Marie, l’éducatrice qui suit son fils depuis des années et l’aide à se construire. Pugnace et idéaliste, la jeune femme va s’employer à transformer cet homme égoïste et démissionnaire en un père digne de ce nom…

Précédent synopsis
Jonathan Rivière est avocat d’affaires, une star dans son domaine que l’on s’arrache. Dès la naissance de son fils Gabriel, Jonathan a compris que la vie de famille n’était pas son truc. Avec Julie, la maman, l’arrangement a été simple : elle s’occupe de Gabriel et lui paye pour qu’il ne manque de rien. Rapidement, il est devenu évident que Gabriel avait du retard, et puis un jour, le diagnostic est tombé : Gabriel était autiste. Un mot abstrait pour Jonathan, qui, de loin, aligne les chèques. Mais quand Julie est victime d’une rupture d’anévrisme, Jonathan va devoir apprendre à devenir père.