Soumission

Cinéma

Stade : Financement

Dates de tournage : automne 2020

Lieux de tournage : France, Allemagne


Réalisation
  • Guillaume Nicloux
Scénario
  • Guillaume Nicloux
  • Victor Rodenbach
  • Nathalie Leuthreau
Production
  • Incognita Films
Coproduction
  • Maze Pictures (Allemagne)
Partenaire(s)
  • CNC (Fonds d’aide franco-allemand au co-développement de séries audiovisuelles de fiction, novembre 2018, 50.000€)
  • FFF Bayern
  • Région Hauts-de-France (aide à la production, mai 2020, 230.000€)
Acteurs
  • Jean-Paul Rouve

Synopsis

Adaptation du roman éponyme de Michel Houellebecq paru aux éditions Flammarion.
Ouvrage qui avait fait polémique lors de sa sortie en janvier 2015, l’auteur y racontant dans un futur proche, en 1922, la France élisant à la Présidence de la République un candidat musulman, Mohammed Ben Abbes, issu du parti fictif La Fraternité Musulmane.

François, professeur d’université, en pleine crise existentielle, assiste à un bouleversement étonnant et totalement inédit. Dans une France proche de la nôtre, la montée en puissance du premier parti musulman se confirme. La civilisation occidentale telle que nous la connaissons vit ses derniers soubresauts. Ben Abbès, candidat aux idées centristes et humanistes, remporte, à la surprise générale, l’élection présidentielle face au Front National. La vie désenchantée de François va alors totalement basculer. Désir et amour vont ressurgir et redonner un sens à sa vie, jusqu’à ébranler ses propres valeurs et convictions…

Note
Initialement prévue sous forme télévisuelle en série de 52′, l’adaptation de Soumission sera finalement cinématographique.

Quatrième de couv’
Dans une France assez proche de la nôtre, un homme s’engage dans la carrière universitaire. Peu motivé par l’enseignement, il s’attend à une vie ennuyeuse mais calme, protégée des grands drames historiques. Cependant les forces en jeu dans le pays ont fissuré le système politique jusqu’à provoquer son effondrement. Cette implosion sans soubresauts, sans vraie révolution, se développe comme un mauvais rêve. Le talent de l’auteur, sa force visionnaire nous entraînent sur un terrain ambigu et glissant ; son regard sur notre civilisation vieillissante fait coexister dans ce roman les intuitions poétiques, les effets comiques, une mélancolie fataliste. Ce livre est une saisissante fable politique et morale.