Mental – saison 2

Télévision

Format : 10 x 20′

Stade : Postproduction

Dates de tournage : du 8 juillet au 18 août 2020

Lieux de tournage : Clermont-Ferrand (Région Auvergne-Rhône-Alpes)


Réalisation
  • Slimane-Baptiste Berhoun
Scénario
  • Marine Maugrain-Legagneur
  • Victor Lockwood
Production
  • Black Sheep Films
  • EndemolShine Fiction
Diffusion
  • France.tv Slash
Partenaire(s)
  • Région Auvergne-Rhône-Alpes
Casting
  • Christelle Dufour
Acteurs
  • Alicia Hava
  • Louis Peres
  • Lauréna Thellier
  • Constantin Vidal
  • Deborah Lukumuena
  • Léo Grêlé
  • Nicole Ferroni

Synopsis

Adaptation du concept de la série finlandaise Sekasin, créée par YLE et It’s Alive Films.

Quelques mois ont passés aux Primevères. Simon est maintenant en hospitalisation de jour, Estelle vient tout juste de trouver un travail, Marvin semble accepter de se soigner et Hippolyte se bat contre ses démons. Mais l’arrivée de Max, hospitalisée pour troubles alimentaires, va faire voler en éclat ce fragile équilibre…

On retrouve les adolescents de la Clinique des Primevères, quelques mois après la fin de la première saison, pour assister au réveil d’Hippolyte, alors que de nouveaux arrivants font leur entrée…
Cette deuxième saison évoquera notamment la boulimie et la grossophobie.

Cette saison 2 est celle du questionnement de l’identité et de la place de la pathologie dans cette identité. “Je souffre certes, mais qu’en faire ? L’ignorer, le cacher, le revendiquer ? Comment me faire confiance lorsque je sais que mes émotions ou mes perceptions peuvent être biaisées ? Où est la vérité, quelle est la légitimité de mon ressenti ? Chacun des personnages va questionner ce qu’il est au fond de lui, affronter la peur, le doute, la honte, pour découvrir que si elle fait partie de lui, la “maladie” ne le définit pas absolument. La saison 2 de Mental poursuit son travail de dé-stigmatisation des souffrances psychique chez les jeunes et abordera notamment la question des troubles du comportement alimentaire.”

Mental raconte le quotidien d’une institution pédopsychiatrique, à travers le regard croisé de quatre adolescents