Zone libre (ex Eté 81)

Cinéma

Genre : 1er LM

Stade : Financement


Réalisation
  • Lisa Diaz
Scénario
  • Lisa Diaz
Production
  • A Perte de Vue
  • Les Films d'Antoine
Partenaire(s)
  • Région Bretagne (aide au développement)
  • Le Boost Camp (2017)
  • CNC (aide au développement, janvier 2018, 10.000€ ; Avance sur recettes, mai 2020)
  • Ateliers d'Angers (août 2020)

Synopsis

C’est l’été 83. Garance a onze ans. Elle vit dans un hameau reculé des Cévennes où ses parents tentent de mener une vie alternative. Elle arpente son vaste territoire en compagnie d’une bande d’enfants échevelés. Avec son imagination débordante, elle orchestre pour eux toute sorte de jeux politiques : nationalisation des jouets, radio-pirate, etc.
Voilà que deux activistes italiens braquent une banque dans les environs. Cela tourne mal, mais l’un d’eux réussit à prendre la fuite. Toute la police est à ses trousses. Cet évènement attise les querelles politiques entre les parents, Simon et Marie. Celle-ci semble en effet se désespérer que leurs espoirs de changement radical du monde s’amenuisent peu à peu. Garance va découvrir que le fugitif italien se terre dans une grange non loin de chez eux… Lui venir en aide ne serait-ce pas une manière de continuer la lutte révolutionnaire ? De devenir elle-même une apprentie activiste ?

Précédent synopsis
C’est le onzième été de Garance. Elle aimerait se construire un point de vue solide sur le monde qui l’entoure. Mais ses parents, qui vivent dans un hameau perdu des Cévennes, se disputent beaucoup et leurs espoirs révolutionnaires semblent se désagréger. Un Italien qui vivait dans une communauté avoisinante braque une banque, tue un gendarme et s’enfuit. Est-il un héros révolutionnaire ou un terroriste ? Garance va tomber sur lui et décider de l’aider…

Note d’intention
“Comment fait-on pour forger de l’espoir politique sur les vestiges des utopies de ceux qui nous ont précédés ? Question qui m’habite depuis longtemps et que je souhaite poser à travers cette histoire.
Le film doit être innervé de ce trop plein de lumière du Sud, de la torpeur estivale, de l’éclat des fêtes et des orages, du tonnerre des engueulades, du danger de cet italien caché dans la grange, et donner à sentir le goût d’éternité de nos étés d’enfance.” (Lisa Diaz)