Deux femmes

Télévision

Format : 90′

Genre : Historique

Stade : Postproduction

Dates de tournage : du 18 janvier au 15 février 2021

Lieux de tournage : Saint-Omer, Bully-les-Mines, Arras (Région Hauts-de-France)


Réalisation
  • Isabelle Doval
Scénario
  • Stéphane Brisset
  • Chantal de Rudder
Musique
  • Nicolas Jorelle
Production
  • Alauda Films 2
Coproduction
  • Making Prod
Diffusion
  • France 3
Partenaire(s)
  • Ciclic - Région Centre-Val de Loire (aide à la production, 2019, 100.000€)
  • Région Hauts-de-France (aide à la production, novembre 2020, 195.000€)
Directeur de Production
  • Sophie Schmidt
Image
  • Yves Dahan
Acteurs
  • Odile Vuillemin
  • Agathe Bonitzer
  • Aurélien Recoing
  • Didier Flamand
  • Nicolas Beaucaire
  • Pierre Rochefort
  • Wallerand Denormandie
  • Nicolas Wanczycki
  • Stéphan Wojtowicz

Synopsis

En 1965, Colette, qui revendique sa liberté de mœurs, est accusée à tort de meurtre par des policiers misogynes. L’affaire est confiée à Anne-Marie, une jeune juge d’instruction timide et réservée. Pourra-t-elle résister au machisme de la hiérarchie judiciaire de l’époque
Librement adapté d’une affaire qui a défrayé la chronique en 1965, Deux femmes est un film historique qui parle de la condition féminine dans les années 1960, période de notre histoire à la fois proche et si lointaine. On a peine à croire que c’est seulement cette année-là que les femmes ont été enfin autorisées à avoir un chéquier à leur nom ! L’histoire de ces deux femmes que tout oppose – Colette est une jolie femme aux moeurs libérées, Anne Marie est une juge d’instruction, timide et réservée qui habite encore chez ses parents – est émouvante, touchante et surprenante. Deux personnages qui, l’une comme l’autre, sont victimes du sort réservé aux femmes dans ces années-là.

Une fiction historique sur la condition féminine en 1965, librement adapté d’un fait divers qui a défrayé la chronique à l’époque.

Précédent synopsis
En 1965, Monique Case, qui revendique sa liberté de mœurs, est accusée à tort par des flics misogynes. Elle va être sauvée de la guillotine par une juge d’instruction timide et réservée qui choisit de se rebeller contre le machisme de la hiérarchie judiciaire et de l’époque…
Librement inspiré d’un fait divers, cet unitaire raconte le combat convergent et inattendu de deux femmes aux tempéraments opposés.

Note
Un film sur la condition féminine, basé sur l’affaire du Bois Bleu survenue en 1966 dans le Cher. L’histoire d’une femme trop moderne pour son époque. Un meurtre a eu lieu, et tout le monde va accuser cette femme. Une petite juge intègre, qui n’a rien en commun avec cette femme et ne sera jamais amie avec elle, va la défendre car elle trouve que cette situation est totalement injuste ; elle va sauver une innocente du pire…

Le fait divers
1966, La Guerche sur l’Aubois, une petite ville du cher. Georges Segretin, chef de bureau à la Société générale, est retrouvé mort dans sa 2 CV abandonnée dans le Bois Bleu. Il s agit d’un meurtre. Le commissaire en charge de l’enquête porte très vite ses soupçons sur une certaine Monique Case qui tient un commerce de photographie avec son époux à La Guerche. Monique Case, trop élégante, dynamique, sociable ; bref, trop voyante dans une petite ville de province. Les journaux locaux, nationaux et internationaux s emparent de l’affaire tandis qu’à Paris l’assassinat de Ben Barka fait des remous. Le crime de La Guerche servirait-il de dérivatif ? Monique est devenue Monique la diabolique, selon la presse de l’époque. Une véritable curée médiatique s’opère. La voilà en bonne voie pour la guillotine. Une juge intègre va mener sa contre-enquête et sauver une innocente du pire…