Bel-Ami

Télévision

Format : 8 x 52′

Stade : Développement

Dates de tournage : été 2021

Lieux de tournage : France


Réalisation
  • Paul Verhoeven
Scénario
  • Gerard Soeteman
  • Paul Verhoeven
Production
  • SBS Films

Synopsis

Adaptation contemporaine du roman éponyme de Guy de Maupassant.

Quatrième de couv’
A qui Georges Duroy doit-il son irrésistible ascension ? Aux femmes séduites par sa jeunesse et sa beauté. La petite fille de l’une de ses maîtresses le surnommera Bel-Ami. Et ce fils d’aubergistes normands, à Canteleu, deviendra baron Du Roy de Cantel. L’amitié lui ouvrira la carrière journalistique. L’amour lui donnera l’argent et la gloire. Maupassant a été journaliste. Il a connu ce monde parisien du XIXe siècle, les salles de rédaction qui font et défont les ministères, et leurs annexes, les salons mondains où naissent intrigues et liaisons. Ses portraits de femmes dévorées d’amour ou d’ambition, ses tableaux de la vallée de la Seine à Rouen, ses fiacres, avenue du Bois de Boulogne, sont oeuvre de peintre. Maupassant était un maître du récit.

Le monde est une mascarade où le succès va de préférence aux crapules. La réussite, les honneurs, les femmes et le pouvoir: le monde n’a guère changé. On rencontre toujours – moins les moustaches – dans les salles de rédaction ou ailleurs, de ces jeunes aventuriers de l’arrivisme et du sexe. Comme Flaubert, mais en riant, Maupassant disait de son personnage, l’odieux Duroy : “Bel-Ami, c’est moi”. Et pour le cynisme, la fureur sensuelle, l’athéisme, la peur de la mort, ils se ressemblaient assez. Mais Bel-Ami ne savait pas écrire, et devenait l’amant et le négrier d’une femme talentueuse et brillante. Maupassant, lui, était un immense écrivain. Universel, déjà, mais par son réalisme, ses obsessions et ses névroses, encore vivant aujourd’hui.